AuthorsDen.com   Join Free! | Login    
   Popular! Books, Stories, Articles, Poetry
Where Authors and Readers come together!

SIGNED BOOKS    AUTHORS    eBOOKS new!     BOOKS    STORIES    ARTICLES    POETRY    BLOGS    NEWS    EVENTS    VIDEOS    GOLD    SUCCESS    TESTIMONIALS

Featured Authors:  David Page, iDebby & Gordon Rosenberg, iLisa DAnnolfo Levey, iJudith Mays, iStanley Ely, iA. Colin Wright, iOdyssia Learning, i

  Home > Poetry > Books Popular: Books, Stories, Articles, Poetry     

Abner Dieujuste

· + Follow Me
· Contact Me
· Books
· 2 Titles
· 1 Reviews
· Add to My Library
· Share with Friends!
·
Member Since: Dec, 2009

Abner Dieujuste, click here to update your pages on AuthorsDen.


Un Malléable Amour
by Abner Dieujuste   

Share this with your friends on FaceBook
Books by Abner Dieujuste
· An act of will
                >> View all

Category: 

Poetry

Publisher:  CreateSpace ISBN-10:  1451589514 Type: 
Pages: 

136

ISBN-13:  9781451589511
Non-Fiction

Amazon
Barnes & Noble.com

Amazon

Communication through poetry is the core of any relationship, more so in the case of a love relationship. It is through communication that you can tell your partner what you are thinking, what you want. Talking can also make a relationship strong as there will also be intellectual bonding as well. It is also important to say things openly and honestly.

 Communication through poetry is the core of any relationship, more so in the case of a love relationship. It is through communication that you can tell your partner what you are thinking, what you want. Talking can also make a relationship strong as there will also be intellectual bonding as well. It is also important to say things openly and honestly. Communication also includes listening to your partner patiently. Every day that passes by, we stand by and witness how our lives are being lived without the full happiness and satisfaction we crave and need. Most people spend their time stressed out, worried and on a constant panic about what needs to be done in their relationship, wired up over work, school, along with everything else. Excuses are demons you must learn to fight off if you wish to start living a happy and satisfied life. “Elastic Love” however, is another way to spice your relationship. When approaching a topic such as love, you must look at it with objective eyes. What exactly is that mean? Well you must pull back and look at thing from a different perspective, different point of view or see the reality. Reading this book ii indeed another attempt to do just those, helping you see the reality on a postmodern form in the subject of “Elastic Love” and relationship? In the past the study of philosophy and religion has done many speculations on the phenomenon of elastic love. But love has always ruled, in music, poetry, paintings, sculptor and literature. Psychology has also done lot of dissection to the essence of love, just like what biology, anthropology and neuroscience has also done to it.

Excerpt
Un Malléable Amour



Abner Dieujuste
Abner Dieujuste Editions ©2010 Tous droits réservés.
ISBN-10 : 1451589514
ISBN-13 : 978-1451589511
















DEDICACE

Ce livre est dédié au vrai pionnier dans le champ d'amour et à l'idylle, ma femme,
Evgenia N. Bystrova
Qui m'a aimé, et me montre beaucoup de soutien que je ne pourrais jamais m'imaginer. C'est comme ils ont dit derrière chaque grand homme il y a une grande femme ; je vois maintenant qu’ils décrivent.











Par saint Gille,
Viens-nous-en,
Mon agile
Alezan !
V. HUGO
















TABLE DES MATTERES

La dernière Phase !
J’exagère
Le dernier jour
L’amie qui me reste !
L’indépendance des mots !
Une histoire d'amour
Mélange
L’idée de toi
L’absolu
La Solitude
Eaux d’espoir
Les éléments de ma vie
Si je pouvais te dire
L'Attente
L’être que je connais















« Cette histoire marque mon entrée dans l’âge adulte.
Je n’étais qu’un enfant alors, et la considérait comme une mère.
Et puis, l’irrémédiable est arrivé. Je comprends,
J’accepte la signification de ce mot : irrémédiable.
Car maintenant je sais que,
Quoiqu’il fût arrivé, quoiqu'elle ait pu faire,
Elle ne pouvait échapper à son destin,
Ni moi au mien. »

RECONNAISSANCE
Premièrement, j'aimerais remercier Dieu non seulement tout qu'il m'a donné mais aussi pour tout qu'il a emporté ; pour sans l'échec et beaucoup de perte, on ne peut jamais ou être véritablement inspiré. J'aimerais remercier aussi mes parents pour amener me dans ce monde, nourrissant mon imagination, et soutenir toutes mes tentatives.
A ma belle femme, merci pour la motivation quotidienne pour faire quelque chose mieux de me. Mercier à tous mes amis, mes frères et ma sœur, Jacquy, Marc-Arthy, James, et Ruckenson et Manouchka. J'aimerais dire aussi le repos dans la paix mon dernier frère Jean E. Dieujuste, je vous ai manqué. Et vous remercier à tous mes lecteurs.
Enfin, pourtant d'une manière importante, j'aimerais remercier les milliers de lecteurs dévoués qui ont soutenu mon effort du jour en jour, a chargé mon e-mail avec les notes d'encouragement. Merci d’avoir lire mon livre et le passe à l'autre douzaine d'amis ou pour l'appel dix ou plus d'individus pour parler de lui ou pour quoi que transmet vous a joué dans mon succès. Il est impossible de remercier chaque un de vous mais sait individuellement que vous la bienveillance n'est pas allée inaperçu.
Aimer et calme











Note au lecteur

Cette histoire a été écrite pour montrer comment il est parfois difficile de pouvoir s’aimer librement et comment des personnes et des peuples peuvent ériger des barrières qui n’ont pas lieu d’être respectivement entre elles, et entre eux.

En effet, la majorité des relations est devenue régie non pas par les sentiments, mais par des intérêts matériels ou par des considérations socio – idéologiques ou encore tout simplement par l’application de la raison. On est parvenu à un point où on peut même parler d’un concept relationnel raisonné et social qui nous est inculqué dès notre naissance par la société. Tout cela est fort déplorable, car l’amour est le sentiment le plus noble qui puisse exister entre un être humain et son prochain.
Toutefois, la société distingue plusieurs types d’amour de nos jours, mais celui dont il est question ici est le vrai amour, c'est-à-dire l’amour qui n’obéit pas à la raison, mais à sa raison : l’amour « _____ ». C’est le type d’amour qui peut exister entre une mère et son enfant, entre un frère et une sœur, entre un homme et une femme. Cet amour peut encore être illustré par l’amour fraternel d’un Homme pour un de ses semblables, ainsi que par l’amour de Dieu pour les hommes.
Ce texte est là pour vous lancer ce vibrant appel : ne fermez pas votre cœur au vrai amour et n’aimez pas avec des préjugés ou alors ne condamnez plus un amour sain. Sachez accepter l’autre tel qu’il est, sans vouloir le changer, car il y a du bon en tout homme et on ne peut l’exprimer qu’en aimant.
Je tiens à remercier du fond du cœur tous ceux qui ont contribué à faire de moi celui que je suis, notamment mes parents, mes frères et sœurs, mes amis, mes copains, mes camarades, mes connaissances et tous ceux que j’ai pu oublier. En outre, je tiens aussi à remercier tous les lecteurs et futurs lecteurs de cette œuvre pour leur soutient, et le temps qu’ils ont consacré à la lecture de cette œuvre.

L'auteur



































POURQUOI UTILISONS-NOUS POESIE ?

C’est arrivé il y a dix ans environ, un 31 décembre. Charlotin mon meilleur ami a eu un accident et il est décédé. Nous étions tous deux étudiants étrangers à l’Etats Unis, plus exactement à Boston à ce moment. Notre nationalité importe peu, mais sachez tout de même que nous étions des noirs comme certains Haïtiens nous appellent. Nous étions plus précisément des étudiants en affaire budgétaire. Charlotin sortait avec une Américaine. Elle était nommée Amanda. Leur histoire d’amour durait depuis plus de trois mois.

Charlotin était un bel jeune homme, mais il avait parfois des problèmes de libido. Aussi, il avait peu de succès avec les filles. Son pourcentage d’échec en drague était de 99%. Témoignez donc vous-même, il devait faire partie de ceux qui sont nés pour ne pas se marier. Néanmoins, il avait rencontré Amanda dans un bus, un de la ligne 11 je crois. Ils avaient sympathisé durant le trajet qui les ramenait de l'université de Boston et échangé leur numéro de téléphone. La suite n’avait pas été évidente.

Un des rêves de Charlotin était de se marier un 12 janvier, le jour de ses vingt et huit ans. Malheureusement, il ne put jamais accomplir son rêve puisqu’il est mort à vingt et un ans. C’était lors de son troisième année scolaire respective à boston, puisque Charlotin et moi étions footballeurs. Nous avions tous deux la bourse de considération étrangère, soit environ $700 tous les deux mois. Au pays, nous avions fréquenté le même établissement : le petit séminaire Jean Dominique Dieujuste. Chacun d’entre nous connaissait très bien la famille de l’autre. La bourse avait été une aubaine pour tous le deux.

La bourse était attribuée sur étude de dossier. Il fallait avoir au moins une mention assez bien au baccalauréat. Comme autre critère intervenant dans le choix des boursiers, il y avait l’équilibre régional. Amanda était une jeune fille très jolie. Elle avait un visage agréable à regarder avec de grands yeux aux épais cils noirs qui vous envoûtaient et où on se plaisait à se noyer. Ses yeux étaient verts. Sa poitrine était opulente, et sa chute de rein était bien cambrée. Du reste sa paire de fessiers était ferme et bien rebondie. Amanda possédait une taille fine. Son teint était mat, comme celui d’un délicieux café au lait. Son sourire enjôleur ressemblait à une caresse. Elle n’avait qu’un défaut physique : ses dents. Elles auraient pu connaître un meilleur sort si elle en avait mieux pris soin. Ses lèvres pulpeuses étaient bien charnues et étaient comparables à une fleur de printemps qui va dans Bientôt éclore. Amanda aimait s’habiller en haut moulant et pantalons jeans qui faisait ressortir ses rondeurs. Sa devise était d’être toujours à son avantage partout, même lorsqu’elle venait de se réveiller.

Leur histoire d’amour se portait à merveille jusqu’au début de décembre. Il acculé par des examens, des rapports scolaires et des soucis financiers, avait dû restreindre le temps qu’ils passaient ensemble. Je l’aidais à s’en sortir comme je pouvais. Charlotin et moi habitions l’internat de notre commune école. On permettait plus facilement à un Haitien qu’à un étudiant étranger de pénétrer dans l’établissement universitaire en compagnie d’une fille et surtout d’une noire si elle n’appartenait pas à l’établissement. Il faut dire que les filles avaient accès au pavillon des garçons, mais l’inverse était interdit. Pendant le mois de décembre leur histoire se mit à battre sérieusement de l’aile. Les anciennes proies féminines de Charlotin refaisant leur apparition sans crier gare. Toutefois, c’est l’incident du 30 décembre qui entraîna une véritable rupture.

Depuis que Charlotin sortait avec Amanda, certaines des filles qu’il avait draguées et qui lui avaient vertement dit non, revenaient lui lancer des œillades même en présence de sa copine. Une particulièrement se distinguait : Melissa. Charlotin refusait arguant qu’il était déjà avec quelqu’un mais elles insistaient. Ce 30 décembre, j’étais sorti faire des courses pour la cuisine. Charlotin était demeuré seul dans la chambre. Melissa vint lui rendre visite. Il ne pouvait la chasser même si son assiduité en devenait lassante. La politesse exigeait qu’il la reçoive gentiment. Il la reçu en ami et connaissance.

Toutefois, une Amanda déjà colérique vint les trouver dans la chambre. Parmi les autres défauts d'Amanda, elle était très jalouse. Sa jalousie frisait même parfois à de la maladie. Dès le début, elle fit une scène à charlotin car ce soir là il était initialement prévu qu’ils devaient aller dîner ensemble dans un restaurant. Mais dans la matinée, charlotin avait déprogrammé pour des raisons financières. Elle n’avait pas du tout apprécié le changement de programme de dernière minute on peut dire.

En découvrant Charlotin avec Melissa, ce n’était pas fait pour arranger les choses. Amanda avait pris la mouche et elle boudait dans son coin. Ce fut la première chose que je remarquais à mon retour. Charlotin était dans de beaux draps. Il voulut redresser la situation, mais Melissa se fit un plaisir d’empirer les choses avec des allusions choquantes sur son absence de virginité et des chéris à tout bout de champ lorsqu’elle s’adressait au pauvre Charlotin. Il m’apprit par la suite qu’avant qu’Amanda arrive, Melissa lui avait fait des avances sérieuses qu’il avait refusées. Il tenait à demeurer fidèle. En la présence d’Amanda et en la mienne, Melissa joua clairement ses cartes. Elle donna à Charlotin un baiser en pleine bouche subitement. Charlotin médusé la Repoussa, mais il était trop tard. Car Amanda n’attendit pas la suite et prit immédiatement la poudre d’escampette. Charlotin sortit à sa suite pour la calmer, s’excuser et essayé de lui expliqué que c’était à elle qu’il tenait. Je n’ai jamais su ce qui c’était passé entre eux là bas, nos deux tourtereaux eurent une altercation violente. En effet, Charlotin revint abattu comme je ne l’avais jamais vu. Melissa maligne avait disparu.

Je ne sais pas où elle était allée. Elle m’a dit qu’elle allait aux toilettes, puis je ne l’ai plus revu. Jusqu’à ce jour, on ne s’adresse plus la parole. D’après ce qu’il me dit, je compris en filigrane qu’Amanda considérait que puisqu’il aimait une autre qu’elle, puisqu’il était tellement occupé, et puisqu’elle ne l’intéressait plus, c’était fini entre eux. Charlotinerry avait essayé de la ramener à des meilleurs, en lui disant combien il tenait à elle, qu’il l’aimait. Elle n’avait voulu rien entendre et s’en était allée. Aussi je ne peux pas moi même vous dire pourquoi, mais elle était allé jusqu’à la traiter de sale chrétien et de sale nègre. Tout le reste de la soirée, Charlotin fut comme une âme en peine. Il ne parla pas, il ne mangea pas. Il essaya de joindre Amanda, mais celle–ci avait éteint son téléphone portable. Notre fin d’année s’annonçait mal. Et le pire restait à venir.

Charlotin avait une manie particulière d’offrir des cadeaux et surtout des cartes de vœux à ceux qu’il aimait et chérissait. Le 31 décembre, je l’accompagnais à l’ambassade où il remit une carte de vœux à l’ambassadeur. En fait durant le trajet vers l’ambassade, nous perdîmes la carte de vœux destinée à l’ambassadeur et nous ne nous en rendîmes compte qu’en l’ambassade. Par chance il avait d’autres cartes sur lui. Il en choisit une parmi celles là et l’offrit à l’ambassadeur. Nous étions en pleine matinée. Il chercha à nouveau à appeler Amanda, mais cette fois – ci elle ne refusait de décrocher pas. Il envoya des sms, mais sans succès.

A midi nous prîmes notre déjeuner dans un restaurant dans un quartier si proche de l'université. C’est au sortir de là que le drame eut lieu. Alors que nous traversions l’avenue d'université, le chauffeur d’une Mercedes ben nous percuta Charlotin et moi. Je sombrais dans l’inconscience et ne repris connaissance qu’à l’hôpital. On me raconta par la suite que le chauffeur qui avait consommé de l’alcool, avait tenté de fuir, mais la police avait pu l’intercepté. Je n’avais eu qu’une double fracture du membre thoracique gauche. Après un check up complet, les médecins me délivrèrent mon bon de sortie de l’hôpital. J’allais prendre les nouvelles de mon ami, il était dans le coma. J’attendis de meilleures nouvelles à l’hôpital. Charlotin sortit du coma vers 3h dans la nuit du premier janvier. Je fus autorisé à le voir cinq minutes. Il me confia quelques unes de ses volontés au sujet de ses parents, de ses proches. Je rentrais à l’internat de l’école pour me changer. A 6h, l’hôpital m’appela pour me dire que Charlotin venait de mourir de suite d’une hémorragie interne. Je m’occupais des formalités. J’appelais les parents, leur annonçant la mauvaise nouvelle. Je prévins l’ambassade et le président de notre association de stagiaires et des étudiants.

Pendant une semaine, je n’arrivais pas à croire au décès de mon meilleur ami. Charlotin était plus qu’un frère pour moi, c’était mon Ombre. Ce n’est qu’à partir du 8 janvier que je commençais à me rendre compte de la dure réalité. J’arrangeais et j’emballais ses effets. Son père vint au d'Haïti pour rapatrier le corps. Ce fut un moment pénible donc l’horreur ne pourrait être contenue en ces quelques lignes. Aucun père ne devrait avoir à enterrer son enfant. Lorsque je fis le rangement, je découvris que Charlotin avait voulu demander la main d’Amanda et qu’il souhaitait l’épouser le 12 janvier. Toutefois il était entrain de solliciter l’accord parental et c’était sur la bonne voie m’apprit son père. Il m’en avait parlé auparavant mais, je ne l’avais pas cru.

Il est à noter que Charlotin avait eu une année difficile durant laquelle il avait eu deux dépressions nerveuses. Ce n’était pas à cause de ses résultats scolaires qui étaient excellents, mais à cause de sa vie sociale. L’intégration sociale en Haïti et surtout à Jean rabel. Je contactais Amanda par son ami Justin. Elle n’était pas au courant de la mort de Charlotin. Après avoir insisté, elle daigna enfin vouloir me voir. Avant de lui annoncer la triste nouvelle, je lui remis la carte de vœux que mon ami lui avait prédestinés et qu’il ne pourrait plus jamais lui remettre lui même. J’en avais au préalable pris connaissance et je peux donc vous dire qu’elle était libellée comme suit : «Je t’offre cette carte de vœux pour cette nouvelle année qui va commencer.

Je tiens à te souhaiter mes vœux les meilleurs de bonheur, de santé, de prospérité, de joie et d’amour. Je tiens aussi à te remercier pour tout l’amour, l’affection et le soutien que tu m’as apporté durant toute l’année écoulée. Ces manifestations de ton amour m’auront porté vers les sommets et j’en suis heureux aussi bien pour moi que pour toi.
Nul ne sait de quoi est fait demain à part Dieu, mais j’espère que les lendemains qu’il à prévu pour toi seront illuminés de bonheur. Dans les moments difficiles, tu as été là pour manifester et prouver ton amour, je ne l’oublierais jamais jusqu’à ma tombe, et si Dieu le veut dans l’au-delà. Merci encore pour tout.

Aussi, je voulais aussi te dire que je t’aime.
Portes toi bien et prends soin de toi.
Bises, je t’embrasse

Moi.


















I
Oh triste, triste était mon âme
A cause, à cause d'une femme.
Je ne me suis pas consolé
Bien que mon cœur s'en soit allé,
Bien que mon cœur, bien que mon âme
Eussent fui loin de cette femme.
Je ne me suis pas consolé,
Bien que mon cœur s'en soit allé.
Et mon cœur, mon cœur trop sensible
Dit à mon âme : Est-il possible,
Est-il possible, - le fût-il, -
Ce fier exil, ce triste exil ?
Mon âme dit à mon cœur : Sais-je
Moi-même que nous veut ce piège
D'être présents bien qu'exilés,
Encore que loin en allés ?

II

La fuite est verdâtre et rose
Des collines et des rampes
Dans un demi-jour de lampes
Que vient brouiller toute chose.
L'or, sur les humbles abîmes,
Tout doucement s'ensanglante.
Des petits arbres sans cimes
Où quelque oiseau faible chante.
Triste à peine tant s'effacent
Ces apparences d'automne,
Toutes mes langueurs rêvassent,
Que berce l'air monotone.

Si je pouvais te dire
Si je pouvais te dire
Ce que j'ai sur le cœur,
Te verrais-je frémir
D'un tremblement de peur ?
Si je pouvais te dire
Ce que j'ai sur le cœur,
Verrais-je un sourire
T'éclairer de bonheur ?
Si je pouvais te dire
Que je n'arrive pas,
Non, pas à te dire
Que je n'aime que toi.
Si je pouvais te dire
Ce que j'ai sur le cœur,
Sans pour autant trahir
Cette infinie douceur.
Si je pouvais te dire
Ce que j'ai sur le cœur,
Comme si je pouvais lire
En moi, à l'intérieur.
Si je pouvais te dire
Que je n'arrive pas,
Non, pas à te dire
Que je n'aime que toi.
Si je pouvais te dire
Des mots comme des fleurs,
Te verrais-je rougir,
Verrais-je sur toi des pleurs ?
Si tu pouvais ouvrir
Mon cœur et puis, y lire,
Si je pouvais te dire
Ce que tu viens de lire
III
L'ombre des arbres dans la rivière embrumée
Meurt comme de la fumée
Tandis qu'en l'air, parmi les ramures réelles
Se plaignent les tourterelles.
Combien, à voyageur, ce paysage blême
Te mira blême toi-même
Et que tristes pleuraient dans les hautes feuillées
Tes espérances noyées !

IV
L'allée est sans fin
Sous le ciel, divin
D'être pâle ainsi :
Sais-tu qu'on serait
Bien sous le secret
De ces arbres-ci ?
Des messieurs bien mis,
Sans nul doute amis
Vont vers le château :
J'estimerais beau
D'être ces vieillards.
Le château, tout blanc
Avec, à son flanc,
Le soleil couché,
Les champs à l'entour :
Oh! que notre amour
N'est-il là niché !



V
Beauté des femmes, leur faiblesse,
et ces mains pâles
Qui font souvent le bien et peuvent tout le mal.
Et ces yeux, où plus rien ne reste d'animal
Que juste assez pour dire :
« assez » aux fureurs mâles !
Et toujours, maternelle, endormeuse des râles,
Même quand elle ment, cette voix ! Matinal
Appel, ou chant bien doux à vêpre, ou frais signal,
Ou beau sanglot qui va mourir au pli des châles !...
Hommes durs ! Vie atroce et laide d'ici-bas !
Ah ! que du moins, loin des baisers et des combats,
Quelque chose demeure un peu sur la montagne,
Quelque chose du coeur enfantin et subtil,
Bonté, respect ! Car qu'est-ce qui nous accompagne,
Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il ?
















L’être que je connais
J'ai été cet homme,
Et je n'ai jamais voulu être autre chose
J'ai été cet homme,
Alors j'ai connu la douleur
Pour y avoir cru,
Je souffre
Pour ne pas vouloir abandonner,
La douleur continue

J'ai cru être mal né,
Ce qui n'était alors qu'une possibilité,
Devient aujourd'hui une certitude
Je pleure de ne pas pouvoir comprendre
Mes larmes témoignent de cette recherche de réponses
L'idée de connaître une fin me hante
L'idée d'atteindre des confirmations m'obsède
Je suis l'être que je connais,
Celui que j'ai appris











L'Attente
L'Attente de toi
Je la vis
Rêveurs,
Je crois en toi

Rationaliste,
Je sais que tu existes
Tu n'es pas là,
Mais tu es là
Pour moi

Tu existes,
Car je ressens ce que
Ta présence apportera
L'amour c'est toi,
L'amour ce sera nous,
L'amour c'est ça

L'attente lucide,
C'est ce que j'ai à vivre
Je n'ai pas le choix
Si je crois en toi
Je t'aime déjà
Pour tout ce que ton amour
Signifie déjà
Pour moi






VI
O vous, comme un qui boite au loin,
Chagrins et Joies,
Toi, coeur saignant d'hier qui flambes aujourd'hui,
C'est vrai pourtant que c'est fini, que tout a fui
De nos sens, aussi bien les ombres que les proies.
Vieux bonheurs, vieux malheurs,
comme une file d'oies
Sur la route en poussière où tous les pieds ont lui,
Bon voyage ! Et le Rire, et, plus vieille que lui,
Toi, Tristesse, noyée au vieux noir que tu broies !
Et le reste ! - Un doux vide, un grand renoncement,
Quelqu'un en nous qui sent la paix immensément,
Une candeur d'une fraîcheur délicieuse...
Et voyez ! notre coeur qui saignait sous l'orgueil,
Il flambe dans l'amour, et s'en va faire accueil
A la vie, en faveur d'une mort précieuse !





























Merci


Je tiens à remercier du fond du cœur tous ceux qui ont contribué à faire de moi celui que je suis, notamment mes parents, mes frères et sœurs, mes amis, mes copains, mes camarades, mes connaissances et tous ceux que j’ai pu oublier. En outre, je tiens aussi à remercier tous les lecteurs et futurs lecteurs de cette œuvre pour leur soutient, et le temps qu’ils ont consacré à la lecture de cette œuvre.

Une chose à garder présent à l'esprit est toujours de se souvenir de cet amour n'est pas de l'attraction physique constante. Une sensation profonde, tendre et ineffable d'affection et la sollicitude vers une personne, comme ce résulté de la parenté, la reconnaissance de qualités attrayantes, ou un sens d'unité fondamentale.
Une sensation de désir et l'attraction intense vers une personne avec que l'un est disposé pour faire une paire ; l'émotion de sexe et d'idylle.


Want to review or comment on this book?
Click here to login!


Need a FREE Reader Membership?
Click here for your Membership!



Popular Poetry Books
  1. Opening Acts - 2nd Edition
  2. The Nature of Life
  3. Through the Mist
  4. Opening Acts
  5. Heart & Soul
  6. Perceptions
  7. Whispers in the Wake
  8. Glimpses
  9. Poems in times of grief
  10. DO YOU SEE...WHAT I SEE

Daily Life, by Dr Audrey Coatesworth by Audrey Coatesworth

Daily life is the first in the series of poetry books, for older readers,by Dr Audrey Coatesworth, a retired psychiatrist of 35 years experience. Her books comment on many aspe..  
BookAds by Silver, Gold and Platinum Members

Authors alphabetically: A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Featured Authors | New to AuthorsDen? | Add AuthorsDen to your Site
Share AD with your friends | Need Help? | About us


Problem with this page?   Report it to AuthorsDen
© AuthorsDen, Inc. All rights reserved.